Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 avril 2014 3 30 /04 /avril /2014 13:00

2014 - 03 - 29 / Samedi / Catane - Enna

Arrivée à l'aéroport. Vite trouver le bus rouge de la SAIS qui m'amènera à Enna. Je repère le cabanon où les tickets sont vendus. Prix très modique.

Étudiants branchés, seniors, touristes s'installent. La conduite du chauffeur est rapide, la radio sirupeuse, le paysage monotone. Mais ça ne dure pas.

Enna s'annonce. Ne pas confondre Enna Bassa - station routière et ferroviaire très active - dans la vallée - et Enna Città somptueuse au sommet d'un éperon rocheux à 900 mètres . Seulement 5 kilomètres entre les deux, mais 20 minutes pour les relier.

La gare routière est déserte. Les boutiques toutes fermées - et depuis longtemps vu l'état des huisseries et des rideaux branlants. Se poser au B & B. Mon plan Google Maps se révèle foireux. Heureusement le souvenir qu'il est situé vers la Piazza centrale m'aide à ne pas partir dans un sens opposé. La bâtisse date du 14 ou 15 ° siècle. Des murs de 1,50 mètre, montée, descente. Chambre moyenne; la ville a peu d'hébergements. Bien content de l'avoir réservé.

En fin d'après-midi, je découvre la Piazza Centrale. Passagiamento clairsemé. Il doit faire 10° degrés au plus. A l'entrée d'une église, une fillette me propose un prospectus explicatif. Le père handicapé est assis à 10 mètres. Buon giorno, grazie, prego... Je glisse une pièce dans le tronc. Des remerciements sans fin. Je reparlerai de la problématique des pourboires.

Vers 19 heures, la nuit envahit les ruelles. Je trouve une gargote remarquable. Je suis le seul client. Pour 17 €, j'ai droit à un semblant de repas réchauffé. La patronne, muette, équeute du fenouil. Des clients viennent s'approvisionner en vin - violacé et redoutable... J'en boirai une gorgée. Le lieu est remarquable ai-je dit plus haut. Car pour me servir, le patron - pas très grand - dépose l'assiette sur le comptoir, passe de la cuisine en contrebas à la salle par une ouverture astucieusement découpée dans le comptoir en question. Troubles musculo-squelettiques en vue. Mais il a passé l'âge. Vaillant et souriant. Je ne verrai qu'un autre amphitryon sur le coup de 20 h 30.

A la télévision, du foot ou une série genre novella brésilienne. Je n'ai pas suivi.

Le repos s'annonce.

L'église visitée dont le nom m'a échappé. Mais non le souvenir de cette fillette et de son père. On n'imagine pas comme nous sommes heureux sous nos latitudes.

Le passagiamento ( on dit paseo en espagnol ) est ce moment singulier et gratuit durant lequel, on va, on vient, on cherche à qui causer. On a le droit de parler fort. Les vieux mettent la cravate et parlent souvent politique. Les femmes s'habillent chic. De 17 h eures à 20 heures. De 7 à 77 ans. Quelque chose qui n'existe pas par chez nous. Hélas !

Partager cet article

Repost 0
Published by angelpouyllau
commenter cet article

commentaires

Sylvie 02/05/2014 15:39

Un premier Mai permanent je pense bien! Mais il n'y aurait peut-être plus la même ambiance, alors on va attendre sagement l'année prochaine.
Mais la suite des événements en Sicile c'est pour quant? En fait je fais le pont aussi j'ai un peu de temps pour savourer tes histoires....j’espère à très vite.

Myriam 02/05/2014 14:44

Un feuilleton en Sicile, tout en mots et en images. Un bon programme pour égayer un mois de mai pluvieux!merci!

angel 02/05/2014 14:49

Il y de la pluie là-bas aussi. La nuit. Le matin jusqu’à 11 heures; Pendant la sieste. Bref le parapluie est un objet incongru. Mais j'en reparlerai.

Sylvie 01/05/2014 10:08

Merci Angel de nous faire partager ce beau voyage on va pouvoir rêver un peu....
Mais peut-être à ce matin au grand rassemblement du premier mai? on pourra causer et parler fort!

angel 02/05/2014 14:47

Effectivement cette balade urbaine avait un petit air de fête ! Tout le monde blaguait: Transformons nos jours en premier Mai permanent !

Présentation

Recherche

Liens